Tout savoir sur les maisons à énergie positive

Mère et fille devant la fenêtre sur un radiateur

Une maison qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme ?! Un concept révolutionnaire qui devrait permettre de réduire notre empreinte écologique tout en réalisant des économies. On n’arrête pas le progrès !

La réponse à un enjeu global

Un bâtiment à énergie positive (parfois abrégé en « BEPOS ») est un bâtiment qui produit plus d’énergie (électricité, chaleur) qu’il n’en consomme pour son fonctionnement.

Écologiques, ces constructions ont été imaginées pour répondre à l’un des enjeux majeurs de notre siècle : réduire la consommation énergétique mondiale.
Avec l’augmentation de la population mondiale – nous sommes passés de 4 milliards d’habitants en 1974 à 7,6 milliards en 2019 – la demande énergétique est devenue plus forte. Par ailleurs nos ressources d’énergie fossiles s’épuisent. Non renouvelables car limités, les stocks de pétrole, gaz naturel, charbon… se tarissent de jour en jour et devraient finir par complètement disparaître.
Face à ces constats, les dirigeants de l’Union Européenne (UE) ont défini des objectifs phares en faveur d’une croissance intelligente, durable et inclusive. Cette stratégie Europe 2020 devrait permettre de :

– Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20 % (par rapport aux niveaux de 1990) ;
– Porter à 20 % la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie de l’UE ;
– Améliorer l’efficacité énergétique de 20 %.

Un nouvel art de vire

L’adaptation de l’habitat est l’une des pistes de développement pour réduire notre consommation énergétique. Créé en 2007, le label BBC « Bâtiments basse consommation » visait à améliorer les performances en matière d’économies d’énergie. Depuis, des labels plus exigeants : maisons passives et maisons à énergie positive sont apparues. Ils proposent de gravir un nouvel échelon de la performance écologique : se passer de chauffage.

Confort et santé sont les principaux critères pris en compte par la maison à énergie positive. L’approche est globale et implique des types de constructions et des styles de vie très différents.

Inspirés des maisons passives, les bâtiments à énergie positive allient haute performance et production d’énergie renouvelable. Ils doivent donc être :

– Étanches à l’air ;
– Parfaitement isolés ;
– Posséder une ventilation double flux pour limiter les déperditions de chaleur ;
– Être fortement équipées en moyens de production d’énergie renouvelable (solaire, éolienne, géothermie…).

Toutes les surfaces susceptibles de produire de l’électricité ou d’accumuler et de restituer de la chaleur sont mises à profit. L’énergie produite doit subvenir intégralement aux besoins des occupants.
Ainsi, toits, murs, vérandas, balcons ou encore toitures de garage participent au bon fonctionnement du bâtiment positif. Mais pas seulement, car le fonctionnement du BEPOS dépend aussi des comportements humains. Pour éviter que l’énergie ne se perde, une gestion efficiente des usages et des consommations est nécessaire. Il s’agit par exemple de limiter le temps d’usage des appareils électroménagers ou informatiques.

Si le solaire est actuellement privilégié, des éoliennes adaptées aux balcons pourraient faire leur apparition. Il sera même possible de produire de l’énergie avec nos pas grâce à des capteurs intégrés au plancher. Plus besoin d’abonnement EDF, la maison sera bientôt capable de s’autoalimenter.

Retrouvez tous les conseils des experts UCI dans la rubrique Informez-vous.