Le surendettement baisse, la pauvreté augmente

La dernière étude de la Banque de France l’atteste : le nombre de dossiers de surendettement est en diminution pour la quatrième année consécutive. Une baisse de 10 % comparée à 2017.

Au cours de l’année 2018, 162 936 personnes ont déposé un dossier de surendettement à la Banque de France contre 181 123 en 2017. Parmi elles, 90,7 % (147 853) ont été jugées recevables.

La dette globale contractée par l’ensemble des ménages surendettés dont la situation est considérée recevable s’élève à 6,598 milliards d’euros, dont 6,365 milliards (96,5 %) sont éligibles au traitement du surendettement. Cette dette globale est en recul de 8,8 % sur un an et de plus de 20 % par rapport à son apogée enregistré de 2014… précise l’instance qui se félicite de cette baisse continue.

Dans l’endettement global, les dettes à la consommation représentent 37,8 % du total, contre 35,2 % pour les dettes immobilières.

La réduction des encours de dettes contractées par les ménages surendettés est d’autant plus substantielle que les crédits à la consommation et les crédits immobiliers augmentent depuis 2014.

Si l’encadrement plus strict des crédits renouvelables semble expliquer en grande partie ce recul, les procédures de rétablissement personnel, qui permettent l’effacement total des dettes en cas d’incapacité de remboursement, ne cessent de progresser : 45 % des dossiers de surendettement en 2018. Les plus vulnérables étant les femmes et les ménages précaires.

Source : Banque de France – « LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES / ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2018 »