Divorce… toit, toit mon toit !

En 2016, 128 000 divorces ont été prononcés en France. Un changement de vie important, difficile à vivre émotionnellement et financièrement… notamment quand on a un crédit immobilier en cours. Quelles solutions s’offrent à vous ?

Des chiffres évocateurs – Source : INSEE – données 2016

En moyenne près de 130 000 divorces sont prononcés chaque année. Ainsi, près de 45 % des mariages se terminent devant un juge.
Les hommes divorcés ont en moyenne 42 ans et les femmes divorcées 44 ans.
Aujourd’hui, plus de la moitié des divorces sont prononcés par consentement mutuel. Les divorces pour faute diminuent considérablement d’année en année : près de 40 % des divorces au début des années 2000, contre moins de 10 % aujourd’hui.
Notons cependant que le nombre de mariage ne cesse de diminuer. En 2017, 228 000 mariages ont été célébrés en France, dont 221 000 entre personnes de sexe différent et 7 000 entre personnes de même sexe soit 5 000 de moins qu’en 2016. Conséquence : le nombre de séparations augmente ! 250 000 personnes mettraient fin, chaque année, à leur vie de couple.

Vous avez un crédit en cours ?

Vous l’aurez compris, nous sommes nombreux à vivre ou à avoir vécu une rupture… Et ne serons pas les derniers ! Divorce, dissolution d’un PACS ou encore fin d’une union libre ou d’un concubinage sont devenus aujourd’hui des procédures quasi banales. Elles n’en restent pas moins traumatisantes.
Garde alternée des enfants, déménagement, partage des biens… Se séparer peut vite devenir un véritable parcours du combattant ! Notamment si au cours de leur vie commune, les membres du couple ont contracté, ensemble, des engagements financiers.
Tous crédits souscrits à deux engagent, à parts égales, ses co-emprunteurs. Il est impossible de décider seul de se retirer du contrat et de laisser l’autre assumer la totalité du remboursement. Le partage des biens comme des dettes doit être équitable.

Trois options sont à considérer :

– Répartir le crédit entre eux : les « ex » peuvent d’un commun accord, demander au préteur que la totalité du crédit soit transférée sur un seul d’entre eux. Requête que peut décliner l’établissement de crédit s’il juge que l’emprunteur désigné n’est pas capable d’assumer le remboursement.
– Continuer à rembourser, ensemble, le crédit : les époux indiquent la participation de chacun au remboursement des dettes. Dans ce cas, leurs revenus seront pris en compte.
– Procéder à un rachat de soulte : l’un des membres du couple devient propriétaire à part entière du bien moyennant le rachat de la part de l’autre, le cas échéant au moyen d’un crédit.

Une question ? N’hésitez pas à solliciter votre courtier UCI !

Retrouvez tous les conseils des experts UCI dans la rubrique Informez-vous.