Crédit immobilier : les femmes moins bien loties

Dans le domaine du crédit immobilier, les femmes sont désavantagées par rapport aux hommes pour une raison évidente : elles gagnent en moyenne 25 % de moins par an que leurs collègues masculins.

Des conditions d’emprunt défavorables

D’après une récente étude de l’Insee, les femmes ont des revenus plus faibles que les hommes. Un écart qui ne cesse de se creuser avec l’avancée en âge : 6 % à 25 ans, 13 % à 35 ans et 20 % à 45 ans.

Autres disparités observées :

– À poste et à expérience identiques, l’écart de rémunération est de 12,8 % en faveur des hommes ;
– Les mères gagnent 11 % de moins que les pères à 25 ans, et 25 % de moins à 45 ans ;
– L’écart entre salariés sans enfants se maintient autour de 7 %, quel que soit l’âge.

Les salaires représentant un élément déterminant lors de la constitution d’un dossier de demande de crédit, ce n’est pas étonnant que les femmes soient défavorisées. Plus les revenus sont faibles, plus les conditions d’emprunt sont restrictives : marge limitée, capacité d’endettement plus faible, montant d’emprunt limité, durée de prêt plus importante.

Résultat : elles ne sont que 57 % à espérer voir aboutir leur projet contre 70 % chez les hommes.

Plus surprenant encore, les femmes bénéficient de moins bons taux d’assurance sur leurs crédits (0,172 % contre 0,16 % pour les hommes). L’emprunt leur coûte donc plus cher : elles versent des primes plus élevées (4 931 contre 4 589) et étalent leurs crédits sur de plus longues périodes (211 mois versus 190 mois).