Baisse des frais bancaires : une avancée pour les personnes en difficultés

Les banques se sont engagées, fin 2018, à plafonner les frais bancaires des foyers en difficultés, augmentant par voie de conséquence, leur pouvoir d’achat. Un progrès salué par la Banque de France qui, néanmoins, incite les financiers à plus de vigilance.

Les banques ont tenu leurs engagements. Depuis janvier 2019, les personnes jugées en situation de fragilité financière bénéficient, en effet, de frais d’incidents plafonnés à 25 € / mois. Une baisse significative porteuse de progrès… mais encore jugée insuffisante ! Encouragés par la BDF, les organismes bancaires devraient poursuivre leurs efforts pour atteindre, dans un 2e temps, 20 € / mois.

Régie par le droit public français et européen, l’institution demande néanmoins aux banques de mieux identifier les clients susceptibles d’être dans le rouge. Plus question d’attendre que les irrégularités s’accumulent sur un compte pour intervenir ! En effet, mieux vaut prévenir que guérir. D’après l’Observatoire de l’inclusion bancaire (OIB), 400 000 bénéficiaires auraient profité de cette offre au premier trimestre 2019, contre 351 000 en 2017.

Des efforts à poursuivre

L’actuel gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, ne souhaite pas en rester là ! En plus d’inciter à la mise en place d’une politique de prévention permettant de détecter, plus efficacement, les foyers en situations fragiles, il encourage les financiers à diffuser davantage cette offre pour augmenter le nombre d’acquéreurs.