Assurance habitation : comment évaluer son capital mobilier ?

Pour assurer efficacement votre logement en cas de sinistre (incendie, inondation, vol…), il est essentiel d’estimer votre capital mobilier. Mieux vous évaluerez vos biens, mieux vous serez remboursé si ces derniers sont dérobés ou détériorés.

 

Réaliser un inventaire précis et complet

Votre patrimoine mobilier est constitué par l’ensemble des biens matériels en votre possession à savoir : 

– Vos objets précieux : bijoux, montres, œuvres d’art, instruments de musique…

– Vos meubles : tables, bureaux, fauteuils, chaises, armoires, lits…

– Votre électroménager : réfrigérateur, cuisinière, congélateur, four…

– Vos biens électroniques : home cinéma, ordinateurs, téléphones, appareils photos…

– Vos biens personnels autres : vêtements, chaussures, matériel de sport, matériel de bricolage, matériel de jardin…

– Vos accessoires de décoration : tapis faits main, rideaux, collections, lampes, etc.

 

Pour évaluer précisément ce capital, vous devez dresser un inventaire précis et complet de tout ce que vous possédez, et qui selon vous, possède un valeur marchande. Munissez-vous d’une feuille et d’un stylo et faites le tour du propriétaire ! N’omettez aucun détail. Vous devez tout répertorier et y associer les valeurs correspondantes.

 

Réunir dans un même dossier : factures, attestations et photos

À moins d’avoir conservé toutes vos factures, il n’est pas toujours facile de connaître le prix de chacun de vos biens. Notamment s’ils vous ont été transmis ou offerts par un membre de votre famille, à l’image de nombreux bijoux passés de mère en fille.

Vous avez un doute sur la valeur d’une pièce ? Faites-la expertiser par un professionnel, sans oublier de lui demander une attestation.

 

Pour vous faire une idée du montant de votre capital mobilier, additionnez toutes les factures et attestations de valeur en votre possession. S’il vous en manque, faites une estimation approximative, photo à l’appui !  

 

Soustraite le taux de vétusté

Une fois ce travail effectué, vous allez devoir tenir compte du taux de vétusté. Il est calculé en fonction de la durée de vie moyenne, de l’ancienneté, des caractéristiques, de l’entretien… ce pourcentage de dépréciation varie selon les objets.

Comptez 10 % par an pour le mobilier et les objets courants, 30 % par an pour les appareils informatiques et 20 % par an pour l’électroménager.

Ce taux de vétusté doit être soustrait du prix d’achat pour connaître la valeur réelle d’un bien.

 

Pour pouvoir vous indemniser après un sinistre, l’assureur va se baser sur la valeur déclarée de vos biens mobiliers. Il ne pourra pas vous rembourser plus que le montant indiqué dans votre contrat. Sous-estimer son capital revient donc à prendre un risque majeur : celui d’être lésé.